Notre blog

Bilan du E-Commerce en 2013, son évolution et ses perspectives pour 2014

1 – Les chiffres clés du E-Commerce en 2013

Selon le bilan réalisé par la Fevad (fédération E-Commerce et vente à distance) le 31 janvier 2014, les ventes sur Internet ont progressé de 13,5% en 2013 pour atteindre 51,1 milliards d’euros.

À titre de comparaison, les ventes en ligne avaient progressé de 19% en 2012 et de 22% en 2011.

Cette hausse constante du chiffre d’affaire du E-Commerce français s’explique par une augmentation du nombre de consommateurs (+5% par an) et de la quantité de transactions réalisées au cours de l’année (18 transactions effectuées par acheteur en 2013 contre 16 en 2012).

Le panier moyen a quant à lui baissé pour s’afficher à 84,5€ contre 87,5€ en 2012, en enregistrant son plus bas historique au 4ème trimestre 2013 à 83€.

Marché E-Commerce

Le nombre d’offres disponibles sur le E-Commerce français a également augmenté puisque la quantité de sites E-Commerce s’est accrue de 17% (soit 20 000 nouveaux sites) pour atteindre 138 000 sites actifs en 2013.

Malgré le climat de crise, les français ont effectué plus de 600 millions de transactions sur l’année ce qui a représenté une augmentation de 17,5% par rapport à 2012.

En terme de volume de transactions enregistrées en 2013, les trois périodes phares du E-Commerce ont été les soldes d’hiver, les soldes d’été et les achats de Noël.

Ces trois évènements ont, à eux seuls, généré 35% du volume total de transactions réalisées en 2013.

Selon la Fevad, les ventes en ligne effectuées lors de la période de Noël ont augmentées de 12,5% en 2013 en dépassant les 10,1 milliards d’euros.

Une étude réalisée par le panel d’e-commerçants WL Panel a démontré que le meilleur jour de la semaine en terme de volume de transactions E-Commerce était le mercredi, et que le mois le plus rentable était janvier.

Retrospective de l'année 2013

Le marché du M-Commerce a continué de s’accroitre puisqu’en l’espace de 3 ans, les ventes enregistrées sur les mobiles et tablettes ont été multipliées par 5,5.

Les ventes sur mobiles ont augmenté de 97% au 4ème trimestre 2013 par rapport au 4ème trimestre 2012.

Comment rattraper le retard de la France en M-Commerce

2 – L’évolution du E-Commerce de 2012 à 2013

Pour faire face à la crise économique et à la baisse du pouvoir d’achat des ménages, les marques ont dû développer leurs offres promotionnelles en boutique et sur le site E-Commerce.

Elles ont pris conscience que « la perspective de prix plus attractifs » ainsi que « la facilité de comparer les offres et les prix » restaient les principales motivations d’achat des français sur Internet devant la praticité, et qu’elles devaient pour cela proposer des réductions toujours plus attractives.

Avec le contexte économique actuel et la multiplication de promotions et de ventes privées des marques, le panier moyen de l’acheteur a donc baissé de 3,5% par rapport à 2012.

Cependant, l’achat de produits et de services en ligne a continué de se démocratiser en France puisque le nombre d’e-consommateurs s’est accru.
Les français sont de plus en plus nombreux à parcourir le net à la recherche du meilleur prix, et ils commencent à acheter des produits qu’ils n’avaient jamais acheté en ligne auparavant.
Par rapport à 2012 et selon une étude menée par la Fevad, les français achètent de plus en plus de produits alimentaires, de médicaments sans ordonnance, de l’optique et des accessoires automobiles.

Statistiques 2012 vs 2013

Pour les commerçants possédant des boutiques physiques et un site E-Commerce, la tendance s’étant fortement développée entre 2012 et 2013 a été le web-to-store.

Selon la Fevad, le web-to-store a représenté en 2013 une augmentation de la fréquentation des boutiques des marques dans 61% des cas.

Les consommateurs français sont donc de plus en plus nombreux à effectuer des recherches sur le site E-Commerce d’une enseigne avant de se rendre en point de vente pour procéder à l’achat, et/ou à acheter leurs produits en ligne pour ensuite le retirer en boutique.

C’est pourquoi de nombreuses enseignes ont mis en place un système de « Store Locator » sur leur site marchand : elles souhaitent faciliter le parcours d’achat du visiteur en l’aidant à trouver le point de vente le plus proche.

Les marques sont également toujours plus nombreuses à proposer un échange de produit acheté en ligne directement en boutique.
De cette manière, le client à la possibilité d’essayer le produit (surtout s’il s’agit d’un vêtement) et de le ramener en boutique s’il ne convient pas (il s’évite ainsi les frais de retour).

Cette tendance démontre qu’en plus d’un prix bas, le consommateur français recherche aussi le contact du vendeur pour bénéficier de ses conseils, de son écoute et de son aide.
Le nombre de magasins physiques n’a donc pas diminué en 2013, mais a continué d’évoluer parallèlement au site marchand.

Le SoLoMo (Social / Local / Mobile) a également continué d’évoluer en 2013.
Ce phénomène a débuté en 2011 et désigne l’ensemble des approches marketing d’une marque pour relier ses réseaux sociaux, la géolocalisation de ses points de vente et le mobile au consommateur.

Seul au Monde vs SOLOMO

Source : Infographie Seul au Monde vs SOLOMO par Voyages-sncf.com

Puisque les internautes sont toujours plus nombreux à acquérir et à utiliser leurs mobiles (Smartphone et/ou tablette) en magasin avant de passer à l’acte d’achat, de plus en plus de marques ont développé des applications mobiles en 2013 pour faciliter leur parcours d’achat à la fois online et offline.

Grâce au SoLoMo, une marque peut désormais envoyer une notification push avec un bon de réduction à un mobinaute dès qu’il s’approche d’une boutique. Et lorsque le consommateur se trouve à l’intérieur d’une enseigne, il a la possibilité de consulter les avis clients des produits qui l’intéressent.

Avec la progression du SoLoMo en 2013, le consommateur s’est donc placé au centre de l’activité des marques. Cette tendance a répondu au besoin d’obtenir une expérience d’achat globale, quelque soit le canal de vente ou le point de contact avec la marque.

3 – Les perspectives du E-Commerce pour 2014

Le consommateur devrait rester au centre de tous les enjeux des marques en 2014.

La fidélisation clients étant l’une de leurs priorités majeures, les marques devront concentrer leurs efforts marketing, commerciaux et service client pour parler, écouter et conseiller les client tout en lui garantissant une expérience complète capable d’anticiper ses besoins et de respecter ses valeurs.

En ce qui concernent les achats en ligne, les transactions effectuées sur tablette devraient continuer de s’accroitre, en particulier dans les secteurs de l’habillement, du voyage, des loisirs, des biens culturels physiques et dans les produits cosmétiques.

Selon le rapport réalisé par l’Institut CSA pour la FEVAD en janvier 2013, les 4 secteurs d’activités qui devraient poursuivre une forte croissance en 2014 sont les produits de beauté, les produits alimentaires, les bons d’achat et les accessoires automobiles.

Si les 3 principales tendances du E-Commerce en 2013 étaient le E-Commerce par abonnement (ex : Jolibox, Glossybox etc.), le développement de sites marchand en responsive design (pour s’adapter à tous les supports – ordinateurs, tablettes, mobiles) et le web-to-store (le commerce multicanal), les tendances de 2014 devraient se porter sur les marketplaces (places de marché) dont les ventes représentent déjà près de 15% du chiffre d’affaires total du E-Commerce français, et sur la consommation collaborative (couchsurfing, Airbnb, location d’objets entre particuliers etc.).

Retrospective 2003-2013 - 10 ans de E-Commerce

Source : Infographie Rétrospective 2003-2012 – 10 ans de E-Commerce par Comexpodium
  1. Ping : le bilan du E-Commerce en 2013, son évolution et ses perspectives pour 2014 | ez digital marketing
  2. Ping : Le little conseil du mois - Comment réussir ses soldes ? » A Little Mag
  3. Ping : Le little conseil du mois : Comment réussir ses soldes ? » A Little Mag
  4. Ping : Qu’est-ce qu’un point relais ? | Webeconomie : Site collaboratif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *